Thumbnail
 

Mise en sécurité d’une ancienne galerie minière ennoyée à Sainte-Foy-l’Argentière (69)

Date
Chapeau

Le BRGM/DPSM sécurise par comblement une habitation menacée par un travers-banc placé à faible profondeur.

Texte

Une étude de risques réalisée par GEODERIS en 2019 sur le secteur de Sainte-Foy-l’Argentière a montré qu’un bâtiment d’habitation était exposé à un risque résiduel d'effondrement de niveau moyen lié à la présence d’un travers-banc situé à relativement faible profondeur et ennoyé en totalité. Les instabilités observées dans les forages d’auscultation (cloches d’effondrement) laissaient présager une sensibilité à l’érosion du toit de la galerie et à une évolution probable de l’ouvrage ce qui a conduit à retenir la sécurisation de la galerie par comblement.

Une première phase de reconnaissances a permis de préciser la géométrie de la galerie et de montrer l’absence de circulation d’eau et de pollution dans celle-ci, mais également la présence de gaz H2S (<2ppm).

Représentation 3D de la galerie à combler
Représentation 3D de la galerie à combler

La solution retenue pour le comblement a consisté à mettre en place des barrages en coulis rigidifié aux extrémités de la zone à combler, puis à remplir la zone intermédiaire avec du coulis autoplaçant. L’ensemble de ces comblements a été réalisé par l’intermédiaire de forages (certains dirigés), foncés en dehors de la parcelle d’habitation. Afin de prévenir les risques potentiels induits par les travaux, des détecteurs de vibration sur l’habitation concernée ont également été mis en place, ainsi qu’un dispositif de gestion des éventuelles eaux remontant de la galerie lors du comblement (conduite en gravitaire de 400 m de long et bacs de décantation) et un détecteur gaz. Les travaux de comblement se sont déroulés du 26/10/23 au 27/11/23. Au total, 152 m3 de coulis de ciment ont été injectés dans la galerie.

Réalisation d'un forage
Réalisation d'un forage
Implantation des installations de chantier
Implantation des installations de chantier

L’opération a été facilitée grâce aux échanges rapprochés entre le BRGM/DPSM, les services de l’Etat, la mairie et les riverains (porter à connaissance relatif aux éventuels rejets) en amont des travaux. Ainsi, une quarantaine de riverains s’est déplacée pour assister à la réunion publique organisée avant le démarrage des travaux, lors de laquelle le BRGM/DPSM, la mairie, la DREAL, le maitre d’œuvre et l’entreprise travaux ont pu répondre aux nombreuses questions. Par ailleurs, l’obtention des autorisations d’occupation de terrains privés a nécessité des phases de discussion/ négociation.